VTT Le Hohwald - 23 mars 2014

Publié le 28 Avril 2014

Distance : 33 km - Dénivelé : 1100 m

De Epfig à Barr.

Parcours : Epfig, Reichsfeld, col de l'Ungersberg, col de Bellevue, le Hohwald, chalet du Rohrbach, Welschbruch, Hungerplatz, rocher Ste Richarde, le Crax, Barr.

En fait, je n'étais pas là donc j'ignore tout de cette sortie ...

Tout ce qu'on m'a rapporté, c'est une histoire de tourbière malodorante et de nez rouge.

Je laisse donc le soin à Paulo de raconter cela en détails (j'ai recopié son commentaire) :

La météo mitigée a fait fuir plusieurs préinscrits :
Matt :
« Salut! Je vais être raisonnable (je sais, c'est mal!) et me désinscrire pour demain. Trop de boulot. Et encore un match de volley mardi.
Tu veux que je te prête mon vélo, Agnès?? Heu... avec un marche-pied pour monter dessus.
Amusez-vous bien. Je suis sûr que la météo sera parfaite. à dimanche prochain! »
Biker :
« Désolé mais ça sera sans moi aussi.
Changement de plan, la semaine de merde, la météo, et les emmerde de logistique ont raison de ma motivation. Ne pouvant pas changer le passer et encore moins la météo, il ne me reste qu'une solution, résoudre ces problème de logistique. »
Mat67 :
Idem : pas envie de retrouver boue et humidité ni d'exposer mon dos convalescent au froid. Ce sera un petit pédalage sur bitume s'il ne pleut pas.

Par contre nous fêtons les grands retours d’Anne-Catherine et de Christine (Skichris). Et nous avons la surprise de retrouver un autre revenant, Roger, à la descente du train.
Le temps est frais, heureusement il reste sec, et il y a peu de boue sur les chemins.
Début de la sortie dans les vignes, puis montée au col de l’Ungersberg et nous suivons la ligne des crêtes jusqu’à la Bellevue. Une première partie assez physique surtout sur piste forestière.
Heureusement les choses s’améliorent avec un petit single descendant sur le Hohwald. Puis nous passons par la cascade du Hohwald et rejoignons l’abri du Rohrbach pour notre pause repas.
Le vent froid est mordant et il tombe quelques flocons de grésil. Le pâle soleil ne parvient pas à nous réchauffer. Nous nous serrons les uns contre les autres en partageant notre repas.
Vivement que nous repartions pour nous réchauffer. Le sentier « circulaire » au dessus du Hohwald est technique et très sympa à rouler. Christine met pied à terre dans une tourrbière un peu nauséabonde et s’enfonce jusqu’aux cuisses. Gros éclat de rire général, et nous la frottons avec de l’herbe pour la débarrasser de la tourbe. En tout cas son équipement est au top, elle n’a pas les pieds mouillés.
Passage au Welschbruch, petit arrêt crevaison, puis direction le Hungerplatz. Mouki se fait remarquer par une manœuvre audacieuse, mais laissons la parole à Dédé :
« Dans mes rêves les plus fous je me suis dit que j'aimerais voir un vttiste prendre un virage en dérapage ultime, façon 'je peux même éteindre ma cigarette tellement je suis penché'. Eh bien, Christian l'a fait rien que pour moi, juste sous mes yeux. C'était très beau, je n'oublierai jamais ce magnifique spectacle; ça valait bien une écorchure.
Merci Christian. La prochaine fois je te montre comment négocier le virage sans tomber »
Nous repartons avec un nez légèrement écorché. Le soleil se montre enfin généreux au rocher Sainte Richarde, où nous nous octroyons une pause.
Enfin une belle descente par le col du Crax et nous rejoignons Barr et le train du retour.

Trajet et profil de la sortie.
Trajet et profil de la sortie.

Trajet et profil de la sortie.

Début de la balade à travers le vignoble.

Début de la balade à travers le vignoble.

Pause près de la cascade. Repas au chalet du Rohrbach.
Pause près de la cascade. Repas au chalet du Rohrbach.

Pause près de la cascade. Repas au chalet du Rohrbach.

Christine teste son matériel "mudproof".

Christine teste son matériel "mudproof".

Le nouveau-nez de Christian.

Le nouveau-nez de Christian.

Rocher Ste Richarde.

Rocher Ste Richarde.

Rédigé par LS

Publié dans #vtt

Repost 0
Commenter cet article

Paul 29/04/2014 13:12

La météo mitigée a fait fuir plusieurs préinscrits :
Mat :
« Salut! Je vais être raisonnable (je sais, c'est mal!) et me désinscrire pour demain. Trop de boulot. Et encore un match de volley mardi.
Tu veux que je te prête mon vélo, Agnès?? Heu... avec un marche-pied pour monter dessus.
Amusez-vous bien. Je suis sûr que la météo sera parfaite. à dimanche prochain! »
Biker :
« Désolé mais ça sera sans moi aussi.
Changement de plan, la semaine de merde, la météo, et les emmerde de logistique ont raison de ma motivation. Ne pouvant pas changer le passer et encore moins la météo, il ne me reste qu'une solution, résoudre ces problème de logistique. »
Mat67 :
Idem : pas envie de retrouver boue et humidité ni d'exposer mon dos convalescent au froid. Ce sera un petit pédalage sur bitume s'il ne pleut pas.

Par contre nous fêtons les grands retours d’Anne-Catherine et de Christine (Skichris). Et nous avons la surprise de retrouver un autre revenant, Roger, à la descente du train.
Le temps est frais, heureusement il reste sec, et il y a peu de boue sur les chemins.
Début de la sortie dans les vignes, puis montée au col de l’Ungersberg et nous suivons la ligne des crêtes jusqu’à la Bellevue. Une première partie assez physique surtout sur piste forestière.
Heureusement les choses s’améliorent avec un petit single descendant sur le Hohwald. Puis nous passons par la cascade du Hohwald et rejoignons l’abri du Rohrbach pour notre pause repas.
Le vent froid est mordant et il tombe quelques flocons de grésil. Le pâle soleil ne parvient pas à nous réchauffer. Nous nous serrons les uns contre les autres en partageant notre repas.
Vivement que nous repartions pour nous réchauffer. Le sentier « circulaire » au dessus du Hohwald est technique et très sympa à rouler. Christine met pied à terre dans une tourrbière un peu nauséabonde et s’enfonce jusqu’aux cuisses. Gros éclat de rire général, et nous la frottons avec de l’herbe pour la débarrasser de la tourbe. En tout cas son équipement est au top, elle n’a pas les pieds mouillés.
Passage au Welschbruch, petit arrêt crevaison, puis direction le Hungerplatz. Mouki se fait remarquer par une manœuvre audacieuse, mais laissons la parole à Dédé :
« Dans mes rêves les plus fous je me suis dit que j'aimerais voir un vttiste prendre un virage en dérapage ultime, façon 'je peux même éteindre ma cigarette tellement je suis penché'. Eh bien, Christian l'a fait rien que pour moi, juste sous mes yeux. C'était très beau, je n'oublierai jamais ce magnifique spectacle; ça valait bien une écorchure.
Merci Christian. La prochaine fois je te montre comment négocier le virage sans tomber »
Nous repartons avec un nez légèrement écorché. Le soleil se montre enfin généreux au rocher Sainte Richarde, où nous nous octroyons une pause.
Enfin une belle descente par le col du Crax et nous rejoignons Barr et le train du retour.