Château Saint-Ulrich - 528 m

Publié le 12 Novembre 2014

Au dessus de Ribeauvillé se trouvent 3 châteaux : le Saint-Ulrich, le Girsberg et le Haut-Ribeaupierre. Le Saint-Ulrich est le plus important des trois.

Saint-Ulrich - novembre 2014

Saint-Ulrich - novembre 2014

Près de Sélestat débouchaient deux voies importante au Moyen-Âge : la route du sel venant de Lorraine et celle permettant l'acheminement des métaux venus de Ste-Marie-aux-Mines. Les châteaux de Ribeauvillé avaient une position stratégique pour surveiller le raccourci (par le col haut de Ribeauvillé) menant à la vallée de Ste-Marie.

Le Saint-Ulrich était habité par les Ribeaupierre (von Rappelstein en allemand). La partie la plus ancienne est le donjon carré (XIe siècle). Le grand logis avec les belles fenêtres géminées (salle des chevaliers) a été construit vers 1200. La chapelle qui donne son nom au château (consacrée à St-Ulrich) date de 1435 : le château devient alors plus un lieu de pèlerinage (on pouvait y gagner des "indulgences") qu'un lieu défensif. Les Ribeaupierre quitteront le château pour s'installer à Ribeauvillé en 1507.

Donjon du XIe siècle.

Donjon du XIe siècle.

Salle des chevaliers.

Salle des chevaliers.

Vue depuis le donjon : la chapelle est au centre de l'image.

Vue depuis le donjon : la chapelle est au centre de l'image.

" La flèche mortelle " est la légende la plus connue concernant le St-Ulrich et le Girsberg.

A cette époque, deux frères de la famille Ribeaupierre vivaient dans ces châteaux, l'un au Girsberg, l'autre au Saint-Ulrich. Tous les deux adoraient chasser et étaient de très bons archers. Le matin, le premier levé avait l'habitude de tirer une flèche dans le volet en bois de la chambre de son frère pour le réveiller et l'inviter à chasser.

Un matin, la flèche tirée par un des frères arriva au moment précis où l'autre frère ouvrait le volet, lui transperçant le coeur.

Château Saint-Ulrich - 528 m

Rédigé par LS

Publié dans #culture, #château

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article