Rando mixte Pedra do Bau - 24 janvier 2016

Publié le 25 Janvier 2016

Rando mixte Pedra do Bau - 24 janvier 2016

Pedra do Bau est un rocher culminant à 1950 mètres d'altitude (au centre de la photo), dans l'état de Sao Paulo du Brésil. Ce rocher est haut de 350 m, et est apprécié des escaladeurs, offrant beaucoup de voies difficiles, tout comme ses voisins Bauzinho (à gauche de Pedra do Bau) et Ana Chata (non visible). Ces trois rocs sont situés entre les villes de Campos do Jordao et Sao Bento do Sapucai. Tout cela se situe dans une zone montagneuse d'altitude moyenne 1650 m, à 180 km au Nord Est de Sao Paulo. Le Brésil dans cette région étant un haut plateau d'altitude 800 m, la zone montagneuse dont nous parlons apparaît, quand on arrive de Sao Paulo, comme un horizon de montagnes de type Vosges : un petit 800 m. Une fois là haut on sent bien l'air de la montagne, et la végétation change un peu, même à cette latitude : les pins font leur apparition et se mélangent aux autres essences locales.

les trois rochers sont alignés NE/SO; en partant de l'Est, qui est le point de départ de la randonnée pédestre, on trouve Bauzinho, Pedra do Bau, puis plus loin et plus petit, Ana Chata (SO).

les trois rochers sont alignés NE/SO; en partant de l'Est, qui est le point de départ de la randonnée pédestre, on trouve Bauzinho, Pedra do Bau, puis plus loin et plus petit, Ana Chata (SO).

Les rochers sont situés dans une sorte de réserve d'état, principalement car il faut contrôler le grand nombre de visiteurs, marcheurs ou escaladeurs. Ainsi, les arrivants en voiture payent une taxe d'entrée, mais les piétons et vélos ne payent pas.

Je passe sur l'accès à vélo depuis Campos do Jordao, petite ville de 50 000 habitants (!) appelée la Suisse brésilienne, car effectivement la vieille ville nous présente ses maisons à colombages. En tout cas, depuis Campos do Jordao on emprunte la route qui monte droit au nord vers Campista, que l'on dépasse pour bifurquer à gauche vers la réserve et ses rochers. Au total 500 m de dénivelé positif, et une vingtaine de kms. Une fois quitté la route principale, il reste qqs kms de piste à parcourir avant d'entrer dans la réserve, puis encore un peu jusqu'au départ de la randonnée à pied. Impossible de faire du VTT ici, trop de racines, de marches, etc...

piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.
piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.
piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.

piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.

au détour d'un virage sur la piste d'accès au départ de la randonnée pédestre, on découvre enfin le panorama. Tout d'abord les trois rochers en enfilade : le plus imposant c'est Pedra do Bau, mais juste devant lui, presque éclipsé par la végétation sur cette face Est on voit Bauzinho, et derrière Bauzinho, à sa droite, on devine Ana Chata, rendu minuscule par la perspective.au détour d'un virage sur la piste d'accès au départ de la randonnée pédestre, on découvre enfin le panorama. Tout d'abord les trois rochers en enfilade : le plus imposant c'est Pedra do Bau, mais juste devant lui, presque éclipsé par la végétation sur cette face Est on voit Bauzinho, et derrière Bauzinho, à sa droite, on devine Ana Chata, rendu minuscule par la perspective.
au détour d'un virage sur la piste d'accès au départ de la randonnée pédestre, on découvre enfin le panorama. Tout d'abord les trois rochers en enfilade : le plus imposant c'est Pedra do Bau, mais juste devant lui, presque éclipsé par la végétation sur cette face Est on voit Bauzinho, et derrière Bauzinho, à sa droite, on devine Ana Chata, rendu minuscule par la perspective.au détour d'un virage sur la piste d'accès au départ de la randonnée pédestre, on découvre enfin le panorama. Tout d'abord les trois rochers en enfilade : le plus imposant c'est Pedra do Bau, mais juste devant lui, presque éclipsé par la végétation sur cette face Est on voit Bauzinho, et derrière Bauzinho, à sa droite, on devine Ana Chata, rendu minuscule par la perspective.au détour d'un virage sur la piste d'accès au départ de la randonnée pédestre, on découvre enfin le panorama. Tout d'abord les trois rochers en enfilade : le plus imposant c'est Pedra do Bau, mais juste devant lui, presque éclipsé par la végétation sur cette face Est on voit Bauzinho, et derrière Bauzinho, à sa droite, on devine Ana Chata, rendu minuscule par la perspective.

au détour d'un virage sur la piste d'accès au départ de la randonnée pédestre, on découvre enfin le panorama. Tout d'abord les trois rochers en enfilade : le plus imposant c'est Pedra do Bau, mais juste devant lui, presque éclipsé par la végétation sur cette face Est on voit Bauzinho, et derrière Bauzinho, à sa droite, on devine Ana Chata, rendu minuscule par la perspective.

le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse. le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse. le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse.
le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse. le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse.
le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse. le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse. le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse.

le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse.

ma balade s'arrête à la vue de Ana Chata, le dernier et petit pic. La météo change vite, tout à coup c'est la brume. Je rebrousse chemin et longe à nouveau les grands rochers, vers l'est cette fois. ma balade s'arrête à la vue de Ana Chata, le dernier et petit pic. La météo change vite, tout à coup c'est la brume. Je rebrousse chemin et longe à nouveau les grands rochers, vers l'est cette fois. ma balade s'arrête à la vue de Ana Chata, le dernier et petit pic. La météo change vite, tout à coup c'est la brume. Je rebrousse chemin et longe à nouveau les grands rochers, vers l'est cette fois.

ma balade s'arrête à la vue de Ana Chata, le dernier et petit pic. La météo change vite, tout à coup c'est la brume. Je rebrousse chemin et longe à nouveau les grands rochers, vers l'est cette fois.

je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.

je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.

sur le retour : tiens une maman et son veau qui se font la malle : on a beaucoup exagéré sur la perfection des brésiliennes, qui sont souvent bien en chair. En revanche les vaches ...

sur le retour : tiens une maman et son veau qui se font la malle : on a beaucoup exagéré sur la perfection des brésiliennes, qui sont souvent bien en chair. En revanche les vaches ...

Rando mixte Pedra do Bau - 24 janvier 2016Rando mixte Pedra do Bau - 24 janvier 2016Rando mixte Pedra do Bau - 24 janvier 2016

Rédigé par AS

Publié dans #rando

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

dédé 26/01/2016 23:17

Lolo que penses tu de leurs vaches ? jolies non ? elles ont le poil sacrément brillant.

dédé 26/01/2016 23:16

oui je suis d'ac avec Filou, ça m'a rappelé l'alsace. J'ai honte d'avoir trouvé ça beau car ça me rappelle ma région, mais c'est vrai. mais ici les fonds de vallée sont à 1600 m ;) Lolo, ce n'était pas une question de courage, je n'ai pas vraiment le vertige; il fallait juste se motiver. Comme c'était ma première, je n'ai pas du tout vu le temps passer : il parait qu'il fallait 30 mn pour le faire : je ne me suis pas vraiment rendu compte. Par contre j'ai des courbatures comme jamais :)))

LS 26/01/2016 12:49

Salut DD, c'est cool d'avoir de tes nouvelles !
Tu as été bien courageux de prendre la via ferrata.
Bonne continuation sous les tropiques.
L

filou 26/01/2016 07:48

Hello, ça ressemble quand même beaucoup à l 'Alsace certaines vues. Je suis sur que Paulo, il aurait trouvé un single pour monter en VTT en haut; Enfin plutôt pour faire monter le VTT là haut. Filou

Dominique 25/01/2016 22:50

Hello le Brésilien! Ca y est tu te mets aux randos? 20 kms de vélo, puis rando... Ouah tu vas avoir la patate à ton retour Merci pour le commentaire et les photos. Nous, nous avons profité de la belle couche de neige pour rechausser nos raquettes. Gros bisous!!!!!