Rando raquettes Storkenkopf - 17 janvier 2016

Publié le 18 Janvier 2016

Rando raquettes Storkenkopf - 17 janvier 2016

Distance 21 km - Dénivelé 910 m

Départ et retour sur Sengern

Parcours : Sengern, Gustiberg, lac du Ballon, route des Crêtes, chalet-club Edelweiss et retour.

Rando raquettes Storkenkopf - 17 janvier 2016
Rando raquettes Storkenkopf - 17 janvier 2016
Il n'y a pas beaucoup de neige en partant de Sengern, mais la couche s'épaissit lorsque nous prenons de l'altitude. Paul 167000 est encore avec nous, mais il ne va pas plus loin. Il est obligé de rebrousser chemin suite à une rupture de fixation.Il n'y a pas beaucoup de neige en partant de Sengern, mais la couche s'épaissit lorsque nous prenons de l'altitude. Paul 167000 est encore avec nous, mais il ne va pas plus loin. Il est obligé de rebrousser chemin suite à une rupture de fixation.

Il n'y a pas beaucoup de neige en partant de Sengern, mais la couche s'épaissit lorsque nous prenons de l'altitude. Paul 167000 est encore avec nous, mais il ne va pas plus loin. Il est obligé de rebrousser chemin suite à une rupture de fixation.

Nous passons au lac du Ballon.Nous passons au lac du Ballon.

Nous passons au lac du Ballon.

La couche de neige atteint maintenant 80 cm. La progression devient difficile et nous nous relayons pour faire la trace.La couche de neige atteint maintenant 80 cm. La progression devient difficile et nous nous relayons pour faire la trace.

La couche de neige atteint maintenant 80 cm. La progression devient difficile et nous nous relayons pour faire la trace.

Domi tombe dans un trou et a besoin d'un peu d'aide pour en sortir.Domi tombe dans un trou et a besoin d'un peu d'aide pour en sortir.

Domi tombe dans un trou et a besoin d'un peu d'aide pour en sortir.

L'heure avance et la faim se fait sentir. Nous rejoignons la route des Crêtes pour arriver au plus vite au refuge prévu pour la pause repas.L'heure avance et la faim se fait sentir. Nous rejoignons la route des Crêtes pour arriver au plus vite au refuge prévu pour la pause repas.

L'heure avance et la faim se fait sentir. Nous rejoignons la route des Crêtes pour arriver au plus vite au refuge prévu pour la pause repas.

Nous arrivons enfin au chalet Edelweiss du ski-club de Saint-Amarin. C'est bon de s'attabler devant un feu de cheminée.Nous arrivons enfin au chalet Edelweiss du ski-club de Saint-Amarin. C'est bon de s'attabler devant un feu de cheminée.

Nous arrivons enfin au chalet Edelweiss du ski-club de Saint-Amarin. C'est bon de s'attabler devant un feu de cheminée.

Nous avons pris du retard sur mon plan de route, et nous prenons un tronçon de la route des Crêtes pour nous rapprocher des voitures.Nous avons pris du retard sur mon plan de route, et nous prenons un tronçon de la route des Crêtes pour nous rapprocher des voitures.

Nous avons pris du retard sur mon plan de route, et nous prenons un tronçon de la route des Crêtes pour nous rapprocher des voitures.

Mais le plaisir des raquettes c'est surtout de gambader dans la neige fraîche. Nous faisons une belle descente vers le lac du Ballon. Attention Lauriane, ça glisse un peu !Mais le plaisir des raquettes c'est surtout de gambader dans la neige fraîche. Nous faisons une belle descente vers le lac du Ballon. Attention Lauriane, ça glisse un peu !

Mais le plaisir des raquettes c'est surtout de gambader dans la neige fraîche. Nous faisons une belle descente vers le lac du Ballon. Attention Lauriane, ça glisse un peu !

Les passages les plus raides sont franchis en se laissant glisser sur les fesses. Comme dans tous les sports, le risque zéro n'existe pas et Jacques rencontre un arbre sur son chemin. Heureusement ce n'est qu'un bobo sans gravité.Les passages les plus raides sont franchis en se laissant glisser sur les fesses. Comme dans tous les sports, le risque zéro n'existe pas et Jacques rencontre un arbre sur son chemin. Heureusement ce n'est qu'un bobo sans gravité.

Les passages les plus raides sont franchis en se laissant glisser sur les fesses. Comme dans tous les sports, le risque zéro n'existe pas et Jacques rencontre un arbre sur son chemin. Heureusement ce n'est qu'un bobo sans gravité.

Nous reprenons une partie du parcours en sens inverse pour revenir aux voitures que nous rejoignons à la nuit tombée.Nous reprenons une partie du parcours en sens inverse pour revenir aux voitures que nous rejoignons à la nuit tombée.

Nous reprenons une partie du parcours en sens inverse pour revenir aux voitures que nous rejoignons à la nuit tombée.

Repost 0
Commenter cet article

dédé 19/01/2016 10:17

80cm de neige : c'est impressionnant. J'aurais aimé la faire cette balade.

MARTIN 19/01/2016 20:43

Reviens André, il y a mieux ici..... 9 mois pour t'en convaincre!!!!!! Bises