Articles avec #rando tag

Publié le 22 Janvier 2017

Rando Lac Blanc - 15 janvier 2017Rando Lac Blanc - 15 janvier 2017

Distance : 16 km. Dénivelé : 790 m.

Parcours : départ Pairis (près d'Orbey), la Chaume, Pré Bracot, Blancrupt, Bocheney, col du Calvaire, les Hautes Chaumes, lac Blanc, lac Noir, Noirrupt. Retour sur Pairis.

Une belle couche de neige fraîche pour cette sortie : 30 cm environ. Une couche de nuages bas tout au long de la journée. 4 nouveaux : Clarisse, Marielle, Manu, Gérard.

La montée se fait même sous une neige fine, mais le coeur y est car la neige a tout recouvert et les bois et champs sont splendides. La vue n'est pas complètement bouchée, on arrive à discerner les premières collines de l'autre côté de la vallée (parfois).

A l'arrivée sur le Lac Blanc nous croisons la fin d'une course de traineaux à chiens. Le repas est pris au restaurant de la station du Lac Blanc (tiré du sac).

Puis nous montons sur la chaume; magique car le vent a sculpté la glace sur les arbres. Mais la visibilité reste limitée. Enfin nous redescendons en longeant le lac. Arrivée aux voitures juste à la tombée de la nuit

montée au Lac Blancmontée au Lac Blanc
montée au Lac Blancmontée au Lac Blanc

montée au Lac Blanc

montée et arrivée sur la chaumemontée et arrivée sur la chaume
montée et arrivée sur la chaumemontée et arrivée sur la chaume

montée et arrivée sur la chaume

descente le long du lac, puis retourdescente le long du lac, puis retour
descente le long du lac, puis retourdescente le long du lac, puis retour

descente le long du lac, puis retour

Voir les commentaires

Rédigé par AS

Publié dans #rando

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2016

Rando Le Tanet - 26 décembre 2016Rando Le Tanet - 26 décembre 2016

Distance : 21 km. Dénivelé : 1050 m.

Parcours : Soultzeren, montée vers Bornacker, Boden, Schanzwasen, Hirschsteine, Spitzenfels, Wurzelstein, Le Haut Fourneau, Le Tanet, Missen, Bitschstein, et enfin retour sur Soultzeren.

Nous sommes 5 partants pour cette rando. La montée depuis Soultzeren se fait sous un beau ciel bleu, à une température fort agréable. Un vrai plaisir. Nous montons à travers les forêts en gardant de belles vue sur la vallée. Après deux heures nous atteignons la ferme auberge Schupferen. Le temps change un peu avant l'arrivée : nous sommes content de nous abriter pour déjeuner car il commence à faire froid et humide. Toutes les tables sont réservées, mais nous pouvons manger à l'unique table sous la véranda. Nous commandons qqs soupes, fromage chaud et boissons, car le repas tiré du sac n'est pas officiellement autorisé. Contact cependant très sympathique avec la patronne.

1h30 plus tard (quand même..) nous poursuivons, dans la brume cette fois, direction le Wurzelstein (1288 m), aussi appelé Haut Fourneau. Le chemin nous réserve un passage impressionnant, escarpé le long d'une falaise, le Belvédère Hirschsteine. La crête serait bien plus jolie si la brume ne nous masquait pas la vue .. en VTT elle serait sympa également.

Puis passage par l'auberge Seestaettle et descente d'une ou deux pistes de ski du Tanet : pas de neige, tien tien ... Enfin notre trajet en forêt, sur le versant Nord du Kerbholz nous fait découvrir un single magnifique pour le VTT : de la mousse partout, un appel à la chute quasiment.

Le dernier km dans la forêt se parcours à la nuit tombée ... nous pouvons enfin sortir les frontales; concours de quéq.. pardon de frontales entre Franck et Dédé :)

montée vers l'aubergemontée vers l'auberge
montée vers l'aubergemontée vers l'auberge
montée vers l'aubergemontée vers l'auberge

montée vers l'auberge

à la sortie de l'auberge nous sommes étrangement assailli par un troupeau de chèvres pacifiquesà la sortie de l'auberge nous sommes étrangement assailli par un troupeau de chèvres pacifiques
à la sortie de l'auberge nous sommes étrangement assailli par un troupeau de chèvres pacifiquesà la sortie de l'auberge nous sommes étrangement assailli par un troupeau de chèvres pacifiquesà la sortie de l'auberge nous sommes étrangement assailli par un troupeau de chèvres pacifiques

à la sortie de l'auberge nous sommes étrangement assailli par un troupeau de chèvres pacifiques

Belvédère Hirschsteine : impressionnantBelvédère Hirschsteine : impressionnant
Belvédère Hirschsteine : impressionnantBelvédère Hirschsteine : impressionnant
Belvédère Hirschsteine : impressionnantBelvédère Hirschsteine : impressionnant

Belvédère Hirschsteine : impressionnant

la crête, puis descente d'une piste du Tanetla crête, puis descente d'une piste du Tanet
la crête, puis descente d'une piste du Tanetla crête, puis descente d'une piste du Tanet
la crête, puis descente d'une piste du Tanetla crête, puis descente d'une piste du Tanet

la crête, puis descente d'une piste du Tanet

Voir les commentaires

Rédigé par AS

Publié dans #rando

Repost 0

Publié le 21 Novembre 2016

Rando Karlsruher Grat - 20 novembre 2016

Distance 18 km - Dénivelé 980 m

Parcours : Ottenhöfen, Eichkopf (526 m), Gottschlägbach (cascades), Herrenschrofen, Eichhaldfirst, Karlsruher Grat, Brennter Schrofen, Seebach, Dohlengrund, Zieselsberg et retour sur Ottenhöfen.

 

Rando Karlsruher Grat - 20 novembre 2016
Rando Karlsruher Grat - 20 novembre 2016

Alors que l'hiver s'approche, certains d'entre nous délaissent le VTT pour la rando à pied (et à raquettes lorsque viendra la neige).

Pas d'hiver pour cette première rando, mais un temps ensoleillé, doux et très venteux. Nous sommes 5 à nous attaquer à un parcours mythique : le Karlsruher Grat, que nous découvrons.

Départ de Ottenhöfen dans la bonne humeurDépart de Ottenhöfen dans la bonne humeur

Départ de Ottenhöfen dans la bonne humeur

Montée à l'Eichkopf, puis redescente, et nous longeons le torrent Gottschlägbach et ses cascades.Montée à l'Eichkopf, puis redescente, et nous longeons le torrent Gottschlägbach et ses cascades.

Montée à l'Eichkopf, puis redescente, et nous longeons le torrent Gottschlägbach et ses cascades.

Lors de la rando, nous rencontrons plusieurs points ravitaillement en alcool en libre service. C'est basé sur la confiance avec une petite tirelire pour payer. Mais personne dans le groupe n'est intéressé.Lors de la rando, nous rencontrons plusieurs points ravitaillement en alcool en libre service. C'est basé sur la confiance avec une petite tirelire pour payer. Mais personne dans le groupe n'est intéressé.

Lors de la rando, nous rencontrons plusieurs points ravitaillement en alcool en libre service. C'est basé sur la confiance avec une petite tirelire pour payer. Mais personne dans le groupe n'est intéressé.

Un premier rocher Herrenschrofen. Superbe soleil et point de vue.Un premier rocher Herrenschrofen. Superbe soleil et point de vue.

Un premier rocher Herrenschrofen. Superbe soleil et point de vue.

Les choses deviennent sérieuses avec le Karlsruher Grat, une crête rocheuse de près de 3 kilomètres. Il faut grimper, choisir son passage et assurer ses pas.Les choses deviennent sérieuses avec le Karlsruher Grat, une crête rocheuse de près de 3 kilomètres. Il faut grimper, choisir son passage et assurer ses pas.
Les choses deviennent sérieuses avec le Karlsruher Grat, une crête rocheuse de près de 3 kilomètres. Il faut grimper, choisir son passage et assurer ses pas.Les choses deviennent sérieuses avec le Karlsruher Grat, une crête rocheuse de près de 3 kilomètres. Il faut grimper, choisir son passage et assurer ses pas.

Les choses deviennent sérieuses avec le Karlsruher Grat, une crête rocheuse de près de 3 kilomètres. Il faut grimper, choisir son passage et assurer ses pas.

L'endroit le plus délicat : un raidillon en fin de parcours.L'endroit le plus délicat : un raidillon en fin de parcours.

L'endroit le plus délicat : un raidillon en fin de parcours.

Nous nous arrêtons dans une prairie au soleil pour nous sustenter. Au menu : radis noir, sandwiches, fromages, clémentines et deux cakes (les maennele sont gardés pour plus tard). Une petite sieste avant de repartir.Nous nous arrêtons dans une prairie au soleil pour nous sustenter. Au menu : radis noir, sandwiches, fromages, clémentines et deux cakes (les maennele sont gardés pour plus tard). Une petite sieste avant de repartir.

Nous nous arrêtons dans une prairie au soleil pour nous sustenter. Au menu : radis noir, sandwiches, fromages, clémentines et deux cakes (les maennele sont gardés pour plus tard). Une petite sieste avant de repartir.

Nous repartons avec une bonne descente vers le village de Seebach. Quelques passages hors piste.Nous repartons avec une bonne descente vers le village de Seebach. Quelques passages hors piste.

Nous repartons avec une bonne descente vers le village de Seebach. Quelques passages hors piste.

Photo de groupe sur la passerelle enjambant la rivière Acher, et traversée de vergers (tiens, il reste même des fruits !)Photo de groupe sur la passerelle enjambant la rivière Acher, et traversée de vergers (tiens, il reste même des fruits !)

Photo de groupe sur la passerelle enjambant la rivière Acher, et traversée de vergers (tiens, il reste même des fruits !)

Nous repartons pour un autre sommet, le Zieselsberg avant de revenir à Ottenhöfen avant la tombée de la nuit.Nous repartons pour un autre sommet, le Zieselsberg avant de revenir à Ottenhöfen avant la tombée de la nuit.

Nous repartons pour un autre sommet, le Zieselsberg avant de revenir à Ottenhöfen avant la tombée de la nuit.

Voir les commentaires

Rédigé par PF

Publié dans #rando

Repost 0

Publié le 15 Février 2016

Rando Neuntelstein - 14 février 2016

Distance : 16 km - Dénivelé : 720 m

Parcours : Hohwald, Neuntelstein, Rothlach, rocher de Rathsamhausen, Vieille Métairie, source et cascade de l'Andlau, Hohwald.

Rando Neuntelstein - 14 février 2016Rando Neuntelstein - 14 février 2016

Gauthier : Et bien voilà ce que j'appelle une journée réussie ! Une rando en compagnie d'un petit groupe avec une bonne humeur à toute épreuve (pas trop froid les filles ?) et avec un guide qui nous a fait (re)découvrir les plaisirs de la rando en hors piste et dans la neige. Tout ce que j'aime. Merci.

Clairelise : Merci merci pour cette si journée rando si chouette. Elle m'a réconciliée avec le mois de février, et pourtant, c'était pas gagné. Et elle me donne envie de me préparer à en baver à VTT, pour le plaisir de votre compagnie. C'était vraiment bien de vous retrouver ou de faire connaissance.

Domi : Journée avec un groupe dynamique, sportif et fort sympathique. Bien rigolé, bien mangé aussi. Certains avaient fait des rêves de chantilly...... d'autres de bain froid.... de dérapages dans la neige..... et avec Clairelise, nous avons même eu droit à la rose de la Saint-Valentin. Classe !

Olivier : Merci Paulo pour cette sortie qui est la sortie hors des sentiers battus du 67 !!! Je suis content d'avoir commencé à faire connaissance de ce nouveau groupe, vous me reverrez même sur un vtt !!! A bientôt.

Il y a encore pas mal de neige. Nous montons rapidement au Neuntelstein (970m).Il y a encore pas mal de neige. Nous montons rapidement au Neuntelstein (970m).
Il y a encore pas mal de neige. Nous montons rapidement au Neuntelstein (970m).Il y a encore pas mal de neige. Nous montons rapidement au Neuntelstein (970m).

Il y a encore pas mal de neige. Nous montons rapidement au Neuntelstein (970m).

Petite pause et dégustation des "roses des sables" de Clairelise.Petite pause et dégustation des "roses des sables" de Clairelise.

Petite pause et dégustation des "roses des sables" de Clairelise.

Nous arrivons rapidement à la Rothlach, dès 11h30. Nous mangeons au chaud : spécialités alsaciennes et tarte aux myrtilles.
Nous arrivons rapidement à la Rothlach, dès 11h30. Nous mangeons au chaud : spécialités alsaciennes et tarte aux myrtilles.
Nous arrivons rapidement à la Rothlach, dès 11h30. Nous mangeons au chaud : spécialités alsaciennes et tarte aux myrtilles.

Nous arrivons rapidement à la Rothlach, dès 11h30. Nous mangeons au chaud : spécialités alsaciennes et tarte aux myrtilles.

Après le repas, nous nous dirigeons vers le rocher de Rathsamhausen.Après le repas, nous nous dirigeons vers le rocher de Rathsamhausen.Après le repas, nous nous dirigeons vers le rocher de Rathsamhausen.

Après le repas, nous nous dirigeons vers le rocher de Rathsamhausen.

Rando Neuntelstein - 14 février 2016
Puis c'est la source de l'Andlau. Nous suivons la rivière jusqu'à la cascade.
Puis c'est la source de l'Andlau. Nous suivons la rivière jusqu'à la cascade.
Puis c'est la source de l'Andlau. Nous suivons la rivière jusqu'à la cascade.
Puis c'est la source de l'Andlau. Nous suivons la rivière jusqu'à la cascade.
Puis c'est la source de l'Andlau. Nous suivons la rivière jusqu'à la cascade.

Puis c'est la source de l'Andlau. Nous suivons la rivière jusqu'à la cascade.

C'est lors d'un des nombreux passages au-dessus de la rivière que Domi se retrouvera dans l'eau. Retour à la voiture vers 17h.C'est lors d'un des nombreux passages au-dessus de la rivière que Domi se retrouvera dans l'eau. Retour à la voiture vers 17h.
C'est lors d'un des nombreux passages au-dessus de la rivière que Domi se retrouvera dans l'eau. Retour à la voiture vers 17h.

C'est lors d'un des nombreux passages au-dessus de la rivière que Domi se retrouvera dans l'eau. Retour à la voiture vers 17h.

Voir les commentaires

Rédigé par LS

Publié dans #rando

Repost 0

Publié le 7 Février 2016

Rando mur païen - 7 février 2016

Distance 18 km - Dénivelé 700 m

Départ et retour sur Klingenthal

Parcours : Klingenthal, ruines du Koepfel, Hexenplatz, sentier des Merveilles, mur païen, couvent du Mont Sainte-Odile, Maennelstein, Wachstein, grotte des Druides, Hagelschloss et retour sur Klingenthal.

Les précipitations annoncées n'ont pas découragé les participants qui se sont joints à nous pour cette randonnée dans le massif du Saint Odile.

La pluie s'est heureusement arrêtée pendant la pause de midi et nous avons pu randonner toute l'après-midi au sec.

Presqu'à chacune de mes randonnées, il y a un ingénu (en général c'est une fille) qui n'a pas bien lu le descriptif. Au premier passage hors sentier, elle est très étonnée, et se demande dans quoi elle s'est embarquée. Elle n'est pas à l'aise, mais fait des efforts pour suivre tant bien que mal, en espérant que ces passages hors sentiers ne seront pas trop raides ni trop nombreux.

Rando mur païen - 7 février 2016
Rando mur païen - 7 février 2016
Départ sous la pluie. Après une montée raide, nous suivons le sentier des merveilles.Départ sous la pluie. Après une montée raide, nous suivons le sentier des merveilles.

Départ sous la pluie. Après une montée raide, nous suivons le sentier des merveilles.

Jean Michel et Fabienne sont des randonneurs expérimentés. Ils ont bien aimé le parcours.Jean Michel et Fabienne sont des randonneurs expérimentés. Ils ont bien aimé le parcours.

Jean Michel et Fabienne sont des randonneurs expérimentés. Ils ont bien aimé le parcours.

Pour Catherine c'est difficile lorsque le terrain devient accidenté.Pour Catherine c'est difficile lorsque le terrain devient accidenté.

Pour Catherine c'est difficile lorsque le terrain devient accidenté.

Quant à Domi, vous la connaissez, quand il s'agit de crapahuter elle est ravie.Quant à Domi, vous la connaissez, quand il s'agit de crapahuter elle est ravie.

Quant à Domi, vous la connaissez, quand il s'agit de crapahuter elle est ravie.

Après un petit repas revigorant au chaud et au sec dans la salle des pélerins du Mont Sainte Odile, c'est reparti. Cette fois la pluie a cessé.Après un petit repas revigorant au chaud et au sec dans la salle des pélerins du Mont Sainte Odile, c'est reparti. Cette fois la pluie a cessé.

Après un petit repas revigorant au chaud et au sec dans la salle des pélerins du Mont Sainte Odile, c'est reparti. Cette fois la pluie a cessé.

Le mur païen, c'est une sacrée construction. Long de 11 kilomètres, il mesure 1m70 de large et 3 mètres de haut aux endroits où il est le mieux préservé. Malheureusement il est très abîmé et a pratiquement disparu par endroits.Le mur païen, c'est une sacrée construction. Long de 11 kilomètres, il mesure 1m70 de large et 3 mètres de haut aux endroits où il est le mieux préservé. Malheureusement il est très abîmé et a pratiquement disparu par endroits.

Le mur païen, c'est une sacrée construction. Long de 11 kilomètres, il mesure 1m70 de large et 3 mètres de haut aux endroits où il est le mieux préservé. Malheureusement il est très abîmé et a pratiquement disparu par endroits.

Un passage au château Hagelschloss, et c'est le retour vers les voitures.Un passage au château Hagelschloss, et c'est le retour vers les voitures.

Un passage au château Hagelschloss, et c'est le retour vers les voitures.

Voir les commentaires

Rédigé par PF

Publié dans #rando

Repost 0

Publié le 25 Janvier 2016

Rando mixte Pedra do Bau - 24 janvier 2016

Pedra do Bau est un rocher culminant à 1950 mètres d'altitude (au centre de la photo), dans l'état de Sao Paulo du Brésil. Ce rocher est haut de 350 m, et est apprécié des escaladeurs, offrant beaucoup de voies difficiles, tout comme ses voisins Bauzinho (à gauche de Pedra do Bau) et Ana Chata (non visible). Ces trois rocs sont situés entre les villes de Campos do Jordao et Sao Bento do Sapucai. Tout cela se situe dans une zone montagneuse d'altitude moyenne 1650 m, à 180 km au Nord Est de Sao Paulo. Le Brésil dans cette région étant un haut plateau d'altitude 800 m, la zone montagneuse dont nous parlons apparaît, quand on arrive de Sao Paulo, comme un horizon de montagnes de type Vosges : un petit 800 m. Une fois là haut on sent bien l'air de la montagne, et la végétation change un peu, même à cette latitude : les pins font leur apparition et se mélangent aux autres essences locales.

les trois rochers sont alignés NE/SO; en partant de l'Est, qui est le point de départ de la randonnée pédestre, on trouve Bauzinho, Pedra do Bau, puis plus loin et plus petit, Ana Chata (SO).

les trois rochers sont alignés NE/SO; en partant de l'Est, qui est le point de départ de la randonnée pédestre, on trouve Bauzinho, Pedra do Bau, puis plus loin et plus petit, Ana Chata (SO).

Les rochers sont situés dans une sorte de réserve d'état, principalement car il faut contrôler le grand nombre de visiteurs, marcheurs ou escaladeurs. Ainsi, les arrivants en voiture payent une taxe d'entrée, mais les piétons et vélos ne payent pas.

Je passe sur l'accès à vélo depuis Campos do Jordao, petite ville de 50 000 habitants (!) appelée la Suisse brésilienne, car effectivement la vieille ville nous présente ses maisons à colombages. En tout cas, depuis Campos do Jordao on emprunte la route qui monte droit au nord vers Campista, que l'on dépasse pour bifurquer à gauche vers la réserve et ses rochers. Au total 500 m de dénivelé positif, et une vingtaine de kms. Une fois quitté la route principale, il reste qqs kms de piste à parcourir avant d'entrer dans la réserve, puis encore un peu jusqu'au départ de la randonnée à pied. Impossible de faire du VTT ici, trop de racines, de marches, etc...

piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.
piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.
piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.

piste d'accès, et au détour d'un virage quelques vaches et veaux, ma fois bien jolis, et multicolores.

au détour d'un virage sur la piste d'accès au départ de la randonnée pédestre, on découvre enfin le panorama. Tout d'abord les trois rochers en enfilade : le plus imposant c'est Pedra do Bau, mais juste devant lui, presque éclipsé par la végétation sur cette face Est on voit Bauzinho, et derrière Bauzinho, à sa droite, on devine Ana Chata, rendu minuscule par la perspective.au détour d'un virage sur la piste d'accès au départ de la randonnée pédestre, on découvre enfin le panorama. Tout d'abord les trois rochers en enfilade : le plus imposant c'est Pedra do Bau, mais juste devant lui, presque éclipsé par la végétation sur cette face Est on voit Bauzinho, et derrière Bauzinho, à sa droite, on devine Ana Chata, rendu minuscule par la perspective.
au détour d'un virage sur la piste d'accès au départ de la randonnée pédestre, on découvre enfin le panorama. Tout d'abord les trois rochers en enfilade : le plus imposant c'est Pedra do Bau, mais juste devant lui, presque éclipsé par la végétation sur cette face Est on voit Bauzinho, et derrière Bauzinho, à sa droite, on devine Ana Chata, rendu minuscule par la perspective.au détour d'un virage sur la piste d'accès au départ de la randonnée pédestre, on découvre enfin le panorama. Tout d'abord les trois rochers en enfilade : le plus imposant c'est Pedra do Bau, mais juste devant lui, presque éclipsé par la végétation sur cette face Est on voit Bauzinho, et derrière Bauzinho, à sa droite, on devine Ana Chata, rendu minuscule par la perspective.au détour d'un virage sur la piste d'accès au départ de la randonnée pédestre, on découvre enfin le panorama. Tout d'abord les trois rochers en enfilade : le plus imposant c'est Pedra do Bau, mais juste devant lui, presque éclipsé par la végétation sur cette face Est on voit Bauzinho, et derrière Bauzinho, à sa droite, on devine Ana Chata, rendu minuscule par la perspective.

au détour d'un virage sur la piste d'accès au départ de la randonnée pédestre, on découvre enfin le panorama. Tout d'abord les trois rochers en enfilade : le plus imposant c'est Pedra do Bau, mais juste devant lui, presque éclipsé par la végétation sur cette face Est on voit Bauzinho, et derrière Bauzinho, à sa droite, on devine Ana Chata, rendu minuscule par la perspective.

le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse. le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse. le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse.
le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse. le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse.
le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse. le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse. le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse.

le chemin longe les rochers d'est en ouest, par la face sud. Nous sommes sous les arbres quasiment tout le temps, c'est touffu, et la roche située sur la droite est rarement visible, car la végétation est dense. De même, il faut profiter de quelques rares ouvertures dans la végétation pour apercevoir sur notre gauche la vallée au sud de la bare rocheuse.

ma balade s'arrête à la vue de Ana Chata, le dernier et petit pic. La météo change vite, tout à coup c'est la brume. Je rebrousse chemin et longe à nouveau les grands rochers, vers l'est cette fois. ma balade s'arrête à la vue de Ana Chata, le dernier et petit pic. La météo change vite, tout à coup c'est la brume. Je rebrousse chemin et longe à nouveau les grands rochers, vers l'est cette fois. ma balade s'arrête à la vue de Ana Chata, le dernier et petit pic. La météo change vite, tout à coup c'est la brume. Je rebrousse chemin et longe à nouveau les grands rochers, vers l'est cette fois.

ma balade s'arrête à la vue de Ana Chata, le dernier et petit pic. La météo change vite, tout à coup c'est la brume. Je rebrousse chemin et longe à nouveau les grands rochers, vers l'est cette fois.

je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.
je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.

je prends ma pause déjeuner au pied de Pedra do Bau. Le soleil est réapparu. On voit à gauche Bauzinho. Et surtout je suis au pied du départ de la via ferrata dont j'avais entendu parler. Un jeune homme bien équipé engage la conversation : c'est Rodrigo, il est guide et me propose de m'emmener là haut pour la modique somme de 20 euros. Je lui demande de me laisser finir mes trois bananes avant de lui répondre. Evidemment, j'ai la trouille d'être mort de fatigue et de ne pas assurer en vélo pour le chemin du retour, mais l'occasion est trop belle. C'est donc d'accord. C'est une première, et donc en grimpant sur une telle paroi verticale (en tout cas dans les deux derniers tiers), j'avoue serrer un peu les fesses : pas vraiment pris le temps de faire le malin, me retourner, me tenir d'une main, regarder en-dessous, etc ... il y eu une pause au premier tiers, où les équipes qui montent et descendent se croisent, et se posent. Une fois en haut on a une vue magnifique. A gauche Bauzinho, qui est moins élevé. En rouge Rodrigo.

sur le retour : tiens une maman et son veau qui se font la malle : on a beaucoup exagéré sur la perfection des brésiliennes, qui sont souvent bien en chair. En revanche les vaches ...

sur le retour : tiens une maman et son veau qui se font la malle : on a beaucoup exagéré sur la perfection des brésiliennes, qui sont souvent bien en chair. En revanche les vaches ...

Rando mixte Pedra do Bau - 24 janvier 2016Rando mixte Pedra do Bau - 24 janvier 2016Rando mixte Pedra do Bau - 24 janvier 2016

Voir les commentaires

Rédigé par AS

Publié dans #rando

Repost 0

Publié le 3 Janvier 2016

Rando Rocher du Diable - 03 janvier 2016

Distance 21 km - Dénivelé 660 m

Départ et retour à Walscheid

Parcours : Krappenthal, Linnenberg, La Miche de Pain, Abreschviller, Rocher de la Basse Frentz, Rocher de la Verrerie, Rocher du Diable, Hibelsberg, chapelle et grotte Saint Léon.

Rando Rocher du Diable - 03 janvier 2016
Rando Rocher du Diable - 03 janvier 2016

Jacqueline

Merci Paul pour cette belle randonnée sportive... très très bien !
même pas de pluie, une belle journée avec en prime, notre repas tiré du sac, dans un super restaurant avec nappe blanche. Wouahhh, à refaire

Franck

Merci à tout le petit groupe pour cette rando bien rythmée et plus particulièrement à Paul pour l'organisation

Domi

Un peu le stress pour "certaine" au démarrage, mais du sourire et de la joie..... et une bouteille de pétillant en prime nous l'ont vite fait oublier. Parfois parcours du combattant.... Bon rythme "endiablé" avec un groupe dynamique et enthousiaste... Repas sympathique avec un accueil de l'hôtelière chaleureux. A très bientôt

Valérie

Encore une chouette journée avec Paul, toujours aussi parfait. Bien contente de revoir Dominique et de partager quelques pas alertes avec des randonneurs bien sympathiques. Merci à tous pour cette belle journée

Lauriane

Je ne regrette pas d'être venue malgré ma mise en route un peu chaotique ce matin lol Merci encore à vous d'avoir eu la gentillesse de m'attendre car avec mon gros sac et mon vélo je ne sais pas bien où j'aurais pu aller randonner dans Stras Ctait une rando comme j'aime avec un paysage dégagé, un joli côté vallonné, un bon petit rythme bien sympathique en prime et des randonneurs au poil, bonne reprise à vous, à une prochaine avec grand plaisir et merci Paul !!!

Une montée costaud à froid, puis quelques passages hors piste dans les fourrés : Les participants sont tout de suite mis dans le bain.Une montée costaud à froid, puis quelques passages hors piste dans les fourrés : Les participants sont tout de suite mis dans le bain.

Une montée costaud à froid, puis quelques passages hors piste dans les fourrés : Les participants sont tout de suite mis dans le bain.

Le Krappenthal : un petit vallon encaissé à l'écart des sentiers balisés. Le soleil fait son apparition.Le Krappenthal : un petit vallon encaissé à l'écart des sentiers balisés. Le soleil fait son apparition.

Le Krappenthal : un petit vallon encaissé à l'écart des sentiers balisés. Le soleil fait son apparition.

Il fait un peu frais pour manger dehors, et nous sommes magnifiquement accueillis à l'hotel des Cigognes pour notre repas tiré du sac. En prime Lauriane nous propose de partager une bouteille de pétillant pour fêter le nouvel an.

Il fait un peu frais pour manger dehors, et nous sommes magnifiquement accueillis à l'hotel des Cigognes pour notre repas tiré du sac. En prime Lauriane nous propose de partager une bouteille de pétillant pour fêter le nouvel an.

Une photo de groupe au sommet du rocher de la Basse Frentz.

Une photo de groupe au sommet du rocher de la Basse Frentz.

Le Rocher de la Verrerie et poursuite de la rando.Le Rocher de la Verrerie et poursuite de la rando.

Le Rocher de la Verrerie et poursuite de la rando.

Les passages hors piste deviennent un peu la spécificité de mes randos. Certains en redemandent....Les passages hors piste deviennent un peu la spécificité de mes randos. Certains en redemandent....

Les passages hors piste deviennent un peu la spécificité de mes randos. Certains en redemandent....

Nous arrivons au Rocher du DiableNous arrivons au Rocher du Diable

Nous arrivons au Rocher du Diable

Panorama au sommet du Rocher du Diable.Panorama au sommet du Rocher du Diable.

Panorama au sommet du Rocher du Diable.

Chapelle Sain Léon (tout le monde écoute les explications de Jacques) et Grotte Saint Léon. Nous sommes déjà presque de retour à Walscheid.Chapelle Sain Léon (tout le monde écoute les explications de Jacques) et Grotte Saint Léon. Nous sommes déjà presque de retour à Walscheid.

Chapelle Sain Léon (tout le monde écoute les explications de Jacques) et Grotte Saint Léon. Nous sommes déjà presque de retour à Walscheid.

Voir les commentaires

Rédigé par PF

Publié dans #rando

Repost 0

Publié le 27 Décembre 2015

Distance : 24km - Dénivelé : 1020 m.

Parcours : départ de Bollschweil, Kohlernkopf (733 m), Stelzen, Heinehof, Priorfelsen, Grossmoos, Stutzkopf (916 m), Kasparhalden, Maierwald, Langdobel et retour sur Bollschweil.

8 à crapahuter aujourd'hui, sous un soleil d'hiver toujours présent, un beau ciel bleu bien dégagé, et une température de 7-8°C.

Alternances de parcours sur chemins larges typiques de la Forêt Noire, et de montées ou de descentes droit dans les fourrés, hors de tout chemin visible (si si, même si le GPS l'indique, le chemin peut être invisible). Repas au sommet du Priorfelsen, sur un promontoire rocheux avec vue sur la vallée, toujours au soleil (rasant). Paul ouvre une bouteille de Beaujolais, qu'André apprécie pleinement, lui qui revient de trois mois au Brésil. Au dessert Domi partage son cake cannelle/chocolat, qui est absolument délicieux (une nouvelle recette).

Une bien belle journée qui se termine par un parcours dans la nuit sans lune. Les données des différents GPS sont concordantes (évidemment) et permettent de rejoindre les voitures. La petite nouvelle, Fabienne, a un peu souffert et en sera quitte pour quelques courbatures. Marc a initié patiemment André à l'utilisation du GPS sur Android, pendant que Paul imperturbable menait le groupe avec son GPS Garmin :))

Rando Priorfelsen - 27 décembre 2015
Rando Priorfelsen - 27 décembre 2015
montée vers le Kohlernkopf, puis le Priorfelsenmontée vers le Kohlernkopf, puis le Priorfelsenmontée vers le Kohlernkopf, puis le Priorfelsen
montée vers le Kohlernkopf, puis le Priorfelsenmontée vers le Kohlernkopf, puis le Priorfelsenmontée vers le Kohlernkopf, puis le Priorfelsen
montée vers le Kohlernkopf, puis le Priorfelsenmontée vers le Kohlernkopf, puis le Priorfelsenmontée vers le Kohlernkopf, puis le Priorfelsen

montée vers le Kohlernkopf, puis le Priorfelsen

Priorfelsen, repas et détentePriorfelsen, repas et détente
Priorfelsen, repas et détentePriorfelsen, repas et détente

Priorfelsen, repas et détente

le reste du trajet, très beaux paysages sous le soleil couchantle reste du trajet, très beaux paysages sous le soleil couchantle reste du trajet, très beaux paysages sous le soleil couchant
le reste du trajet, très beaux paysages sous le soleil couchantle reste du trajet, très beaux paysages sous le soleil couchantle reste du trajet, très beaux paysages sous le soleil couchant

le reste du trajet, très beaux paysages sous le soleil couchant

Voir les commentaires

Rédigé par AS

Publié dans #rando

Repost 0

Publié le 21 Décembre 2015

Rando Fleckenstein - 20 décembre 2015

Distance : 23 km - Dénivelé : 1000 m

Parcours : Lembach, puis col du Hohmarkstein, étang du Fleckenstein, rocher de l'Etang, château Froensbourg, château du Fleckenstein, Langenfels, château Loewenstein, Krappenfels, col du Litschhof, col du Riegelsberg, Russelkessel, Kelwenstall, Schuhfels et retour sur Lembach.

Rando Fleckenstein - 20 décembre 2015
Rando Fleckenstein - 20 décembre 2015

Un étang, trois châteaux et des tas de rochers au sommaire de cette randonnée : des -stein, des -fels, des -bourg, en grès rose bien sûr : nous sommes bien dans les Vosges du Nord.

Nous étions 11 aujourd'hui, à crapahuter sur les rochers, à cheminer entre les troncs couchés, à écouter les feuilles crisser sous nos pieds, à descendre ou monter les hors-pistes variés, à traverser la Sauer sur un tronc d'arbre en essayant de ne pas tomber … Bref, on s'est bien amusés !

Après un petit échauffement en hors-piste, nous arrivons à l'étang du Fleckenstein.Après un petit échauffement en hors-piste, nous arrivons à l'étang du Fleckenstein.
Après un petit échauffement en hors-piste, nous arrivons à l'étang du Fleckenstein.Après un petit échauffement en hors-piste, nous arrivons à l'étang du Fleckenstein.

Après un petit échauffement en hors-piste, nous arrivons à l'étang du Fleckenstein.

Puis c'est le rocher de l'étang, après une montée courte mais raide.Puis c'est le rocher de l'étang, après une montée courte mais raide.
Puis c'est le rocher de l'étang, après une montée courte mais raide.

Puis c'est le rocher de l'étang, après une montée courte mais raide.

Le sentier nous mène au château du Froensbourg, joli et troglodytique. Le sentier nous mène au château du Froensbourg, joli et troglodytique.
Le sentier nous mène au château du Froensbourg, joli et troglodytique.
Le sentier nous mène au château du Froensbourg, joli et troglodytique. Le sentier nous mène au château du Froensbourg, joli et troglodytique.

Le sentier nous mène au château du Froensbourg, joli et troglodytique.

Avant d'attaquer la montée vers le Fleckenstein, il faut traverser la Sauer. Chacun sa méthode, mais c'est quand même plus drôle que de traverser sur la passerelle située 20 mètres plus loin !Avant d'attaquer la montée vers le Fleckenstein, il faut traverser la Sauer. Chacun sa méthode, mais c'est quand même plus drôle que de traverser sur la passerelle située 20 mètres plus loin !
Avant d'attaquer la montée vers le Fleckenstein, il faut traverser la Sauer. Chacun sa méthode, mais c'est quand même plus drôle que de traverser sur la passerelle située 20 mètres plus loin !

Avant d'attaquer la montée vers le Fleckenstein, il faut traverser la Sauer. Chacun sa méthode, mais c'est quand même plus drôle que de traverser sur la passerelle située 20 mètres plus loin !

L'impressionnant château du Fleckenstein est fermé, et bien gardé par d'étranges créatures. L'impressionnant château du Fleckenstein est fermé, et bien gardé par d'étranges créatures.
L'impressionnant château du Fleckenstein est fermé, et bien gardé par d'étranges créatures. L'impressionnant château du Fleckenstein est fermé, et bien gardé par d'étranges créatures.

L'impressionnant château du Fleckenstein est fermé, et bien gardé par d'étranges créatures.

Pique-nique près du Fleckenstein. Nous nous régalons d'une multitude de gâteaux au chocolat et de petits gâteaux de Noël.

Pique-nique près du Fleckenstein. Nous nous régalons d'une multitude de gâteaux au chocolat et de petits gâteaux de Noël.

Langenfels. Dire qu'il y en a qui font ça à VTT ...Langenfels. Dire qu'il y en a qui font ça à VTT ...
Langenfels. Dire qu'il y en a qui font ça à VTT ...
Langenfels. Dire qu'il y en a qui font ça à VTT ...Langenfels. Dire qu'il y en a qui font ça à VTT ...

Langenfels. Dire qu'il y en a qui font ça à VTT ...

Notre dernier château : le Loewenstein.Notre dernier château : le Loewenstein.
Notre dernier château : le Loewenstein.Notre dernier château : le Loewenstein.

Notre dernier château : le Loewenstein.

De là-haut, nous avons un beau panorama sur le Palatinat et les Vosges du Nord.

De là-haut, nous avons un beau panorama sur le Palatinat et les Vosges du Nord.

Petit détour au Krappenfels.Petit détour au Krappenfels.

Petit détour au Krappenfels.

La fin de la balade se fera à la lueur des frontales, sur un chemin encombré de troncs d'arbre. Les décors de Noël de Lembach nous rappellent que nous sommes bien le 20 décembre, malgré les +10°C.La fin de la balade se fera à la lueur des frontales, sur un chemin encombré de troncs d'arbre. Les décors de Noël de Lembach nous rappellent que nous sommes bien le 20 décembre, malgré les +10°C.

La fin de la balade se fera à la lueur des frontales, sur un chemin encombré de troncs d'arbre. Les décors de Noël de Lembach nous rappellent que nous sommes bien le 20 décembre, malgré les +10°C.

Voir les commentaires

Rédigé par LS

Publié dans #rando

Repost 0

Publié le 13 Décembre 2015

Rando Yburg - 13 décembre 2015

Distance 26 km - Dénivelé 1010 m

Départ et retour à Neuweier

Parcours : Neuweier, Bürchelberg, château Yburf, Petersee, Korbmattenkopf, Gerolsau, cascade de Geroslsau, Steinischer Wald, Neuweier.

Rando Yburg - 13 décembre 2015
Rando Yburg - 13 décembre 2015

4 participants seulement pour cette randonnée, mais un groupe aguerri et rapide qui ne craint pas les pentes raides ni les incursions hors pistes. Nous avons bien profité de cette journée, commencée sous un ciel gris qui s'est progressivement dégagé.

Après une grosse montée, nous découvrons le château Yburg et son donjon.Après une grosse montée, nous découvrons le château Yburg et son donjon.

Après une grosse montée, nous découvrons le château Yburg et son donjon.

Des êtres extraordinaires sculptés ou moulés habitent dans le jardin du château YburgDes êtres extraordinaires sculptés ou moulés habitent dans le jardin du château Yburg

Des êtres extraordinaires sculptés ou moulés habitent dans le jardin du château Yburg

Du haut du donjon, la vue embrasse la plaine du Rhin et les Vosges.Du haut du donjon, la vue embrasse la plaine du Rhin et les Vosges.

Du haut du donjon, la vue embrasse la plaine du Rhin et les Vosges.

Poursuite de la rando en passant par le petit lac Petersee.Poursuite de la rando en passant par le petit lac Petersee.

Poursuite de la rando en passant par le petit lac Petersee.

Pause de midi au Waldhaus Batchart avec vue sur Baden-Baden, le Battert et le Merkur.Pause de midi au Waldhaus Batchart avec vue sur Baden-Baden, le Battert et le Merkur.

Pause de midi au Waldhaus Batchart avec vue sur Baden-Baden, le Battert et le Merkur.

La rando se poursuit par de petits singles ainsi que quelques passages hors piste.La rando se poursuit par de petits singles ainsi que quelques passages hors piste.

La rando se poursuit par de petits singles ainsi que quelques passages hors piste.

Nous traversons le village de Gerolsau et rencontrons le père noël.Nous traversons le village de Gerolsau et rencontrons le père noël.

Nous traversons le village de Gerolsau et rencontrons le père noël.

Un joli single suit le torrent Grobbach jusqu'à la fameuse cascade. Avec Céline nous nous disons que ce serait chouette de s'y baigner, mais de préférence en été.Un joli single suit le torrent Grobbach jusqu'à la fameuse cascade. Avec Céline nous nous disons que ce serait chouette de s'y baigner, mais de préférence en été.

Un joli single suit le torrent Grobbach jusqu'à la fameuse cascade. Avec Céline nous nous disons que ce serait chouette de s'y baigner, mais de préférence en été.

Le soleil se montre enfin, tandis que l'après-midi s'avance et qu'il est temps de prendre le chemin du retour.Le soleil se montre enfin, tandis que l'après-midi s'avance et qu'il est temps de prendre le chemin du retour.

Le soleil se montre enfin, tandis que l'après-midi s'avance et qu'il est temps de prendre le chemin du retour.

Voir les commentaires

Rédigé par PF

Publié dans #rando

Repost 0